Actualités ​Entretien avec Vivien HAUSBERG, président de l’URPS MK Occitanie, au sujet du projet Kiné Référent Sport, Santé et Activités Physiques Adaptées.

04/12/2016
​Entretien avec Vivien HAUSBERG, président de l’URPS MK Occitanie, au sujet du projet Kiné Référent Sport, Santé et Activités Physiques Adaptées.
- Vivien HAUSBERG, pouvez vous nous expliquer la genèse de ce projet Gardois ?

Si ce projet de recherche action se développe sur le territoire du Gard, il trouve son origine dans la région PACA qui mettra en œuvre ce projet à Marseille de janvier à décembre 2017. L’URPS MKL PACA a conceptualisé et écrit ce projet en janvier 2016. Le projet de l’URPS MKL PACA intitulé « Kiné Référent Sport, Santé et Activités Physiques Adaptées auprès de personnes âgées fragiles » a d’ailleurs reçu en juillet 2016 le label d’Argent par le comité de labellisation de l’évènement « Marseille Provence Capitale Européenne du sport 2017 ». Franck Gatto, président de l’URPS PACA a la singularité d’être kinésithérapeute et Maître de Conférences en Sciences de l’Education. Il est Habilité à Diriger les Recherches. Cela lui permet d’imaginer ce type d’action innovante. Je l’ai donc sollicité ainsi que l’URPS MKL PACA pour que nous puissions mettre en œuvre, en Occitanie, une version adaptée au département du Gard.

- Ce type de partenariat est-il courant dans l’activité des URPS en France ?

A ma connaissance, il existait déjà des synergies de travail entre PACA et la Corse. Pour l’URPS MKL Occitanie, la collaboration est solide avec l’Ile de France pour que les kinésithérapeutes soient les premiers professionnels de santé libéraux à intégrer le Répertoire Opérationnel des Ressources. Elle débute aussi avec la Réunion sur le projet Spirokiné.
Revenons à Kiné Référent Sport, Santé et Activités Physiques Adaptées, en quoi cela consiste ?
L’Activité Physique (AP) est un « facteur de santé publique » et un levier majeur pour éviter, limiter ou retarder la perte d’autonomie de la personne âgée et améliorer sa qualité́ de vie :
- l’enjeu pour la personne âgée est donc de « franchir le pas » d’une pratique régulière en adoptant et maintenant dans le temps un mode de vie actif. Le moyen est double (Rivière, 2013 ; ANSES, 2016) : il s’agit à la fois de réduire la sédentarité́ quotidienne mais aussi de pratiquer des activités physiques (celles-ci devant être « adaptées » si la situation et l’état de santé de la personne le nécessite) ;
- L’enjeu pour les professionnels, dont les masseurs kinésithérapeutes, est de promouvoir l’AP auprès de ce public en tenant compte de ses besoins, d'évaluer les capacités physiques, sociales, éducatives, d’autonomie et les éventuelles adaptations au regard de la situation de la personne, d’impulser et d’accompagner le changement de comportement en faveur d’un mode de vie plus actif, de mettre en œuvre des conditions favorables à un parcours coordonné du senior.
- L’enjeu pour la Recherche – Action est d’éclairer les acteurs de terrain, les décideurs, les financeurs, et les usagers (ici personnes âgées et leurs aidants), en apportant des éléments visant à mieux comprendre les mécanismes en jeu relatifs à la sédentarité́, à l’AP et à sa pratique, au maintien de l’autonomie.
Il s’agit pour le MK référent de recevoir un patient adressé par son médecin généraliste, de faire un bilan en APA, de conseiller le patient, de l’orienter sur une APA dans une structure et de suivre pendant 9 mois à raison de 3 consultations l’évolution du patient. Ce suivi se fera en coopération avec le médecin généraliste du patient. La dernière consultation consistera à réaliser un bilan APA et à mesurer l’évolution médicale, psychosociale, éducative et d’autonomie de ce patient en comparaison au bilan APA initial et en comparaison à un groupe de patients qui n’auront pas bénéficié du service du kinésithérapeute référent. Si les résultats du groupe bénéficiant d’un kiné-référent sont meilleurs que ceux qui n’en ont pas bénéficié cela deviendra un nouveau service de santé offert à la population.
 
Les masseurs kinésithérapeutes libéraux, l’URPS MK Occitanie et l’URPS MKL PACA, participent activement aux̀ dynamiques territoriales pour relever ces défis de Santé publique et pour offrir à la population une nouvelle organisation des soins.

Quelles sont les futures étapes de ce projet ?

Vous pourrez suivre toute l’actualité sur le site internet http://urps-mk-occitanie.fr/ et dans nos news letters. Nous avons pris l’engagement d’opérationnaliser ce projet sur l’année 2017.
Retour