Actualités Maintenir à domicile les personnes âgées en perte d’autonomie

17/02/2016
Maintenir à domicile les personnes âgées en perte d’autonomie
La question du maintien à domicile dépasse aujourd’hui la seule pratique de la médecine pour s’entourer des nombreux acteurs du social, mais aussi de la société civile, famille, voisins, etc.

L’évolution majeure de cette approche est confirmée par le développement tous azimuts de réseaux et autres filières d’accompagnement. Ces organisations peuvent s’avérer plus ou moins légitimes et qualifiées pour intervenir chez la personne âgée notamment lorsqu’intervient une problématique de « santé ».

Par son investissement au cœur des MAIA, l’URPS MK Occitanie affirme que le masseur kinésithérapeute fait partie des principaux professionnels de premier recours, qualifié pour évaluer, guider et coordonner les projets personnalisés de nos patients âgés en perte d’autonomie.

Cette Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’Autonomie (MAIA) vise à coordonner les actions des professionnels auprès d’elles et de leurs aidants. L’Agence Régionale de Santé en est le promoteur principal.

Cette méthode vise à simplifier le parcours de soins et à maintenir à domicile aussi longtemps que possible les personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie grâce à un système simple, optimisé et de proximité.

Trois mécanismes sont essentiels aux MAIA :

1. Une concertation transversale et commune entre les opérateurs d’aide et de soins, les décideurs et les financeurs.

2. Un Gestionnaire de cas qui est un interlocuteur de la personne âgée et des professionnels de santé dans les cas complexes et longs. L’objectif est de coordonner les actions visant le maintien à domicile.

3. Une réponse unique et harmonisée sur l’ensemble du territoire permettra d’améliorer le parcours de soins des personnes âgées.

Si les MAIA sont déclinées en de nombreux territoires qui répondent à des besoins différents, l’URPS souhaite informer les professionnels et former l’ensemble de ses référents qui représentent la profession dans chaque structure pour porter une vision commune.

Le masseur kinésithérapeute pourra être le guichet d’entrée de ces patients, nécessitant un accompagnement dans les MAIA. Pour atteindre cet objectif, l’URPS fera la promotion des outils déployés par l’ARS via les MAIA et notamment la plateforme d’appui à laquelle le masseur kinésithérapeute aura accès via Internet.

Vivien Hausberg

 
Retour